5ème DIMANCHE DE PAQUES

Mgr Stanislas JEZ

14 mai 2022

« Demeurez dans mon amour ! » Voilà le chemin pour chacun de nous !

Pierre, 22 ans, a été très grièvement blessé dans un tragique accident de voiture. Touché au cerveau, il est tombé dans le coma !
Les médecins ont informé la famille que les chances de survie étaient minimes et que même s’il survivait, il resterait dans le coma. L’une des nombreuses personnes qui ont entendu cette nouvelle était Linda, sa fiancée.
Elle a décidé de passer tout son temps libre à l’hôpital. Les semaines ont passé vite et elle a décidé de rester aussi pendant les nuits. Elle l’a cajolé, lui a caressé les joues. Elle lui a massé délicatement le front et les arcades sourcilières en disant : »je me comporte avec lui comme pendant nos promenades.
Pendant ce temps, Pierre (Piotr en Polonais) restait dans le coma et ne répondait pas aux gestes d’amour de Linda.
Nuit après nuit, pendant trois mois et demi, assise auprès de son lit, elle chuchotait à ses oreilles des paroles pleines de tendresse, des paroles emplies d’optimisme, d’encouragement bien que Piotr n’ait donné aucun signe qu’il comprenait ou entendait.
Et une nuit, elle a remarqué qu’il bougeait un petit doigt de pied et quelques nuits plus tard, qu’il ouvrait les yeux. Elle attendait cela avec impatience.
Malgré l’opinion défavorable des médecins qui ne donnaient pas beaucoup d’espoir ; Linda a renoncé à son travail et est restée auprès de Piotr.
Elle a commencé à faire des massages des bras, des mains et l’a pris à la maison en sacrifiant ses économies et en dépensant ses forces, pour que Piotr revienne à une vie normale. A la maison Piotr a prononcé ses premiers mots puis très vite les autres de mieux en mieux Il a alors demandé à son père l’autorisation d’épouser Linda et il lui a répondu : »A condition que tu sois capable de la mener à l’autel Alors elle sera à toi »
Deux ans plus tard le mariage a eut lieu dans leur paroisse natale. Quelques stations de télévision ont retransmis cet évènement exceptionnel
Aujourd’hui il mène une vie normale et ils ont même eut la joie d’avoir un enfant.
Cette histoire très touchante est un exemple de la puissance de l’amour humain et c’est une très bonne introduction à l’Evangile d’aujourd’hui. Elle introduit très bien aux paroles du Christ : « Je vous donne un commandement nouveau : aimez vous les uns les autres, comme moi je vous ai aimés C’est ainsi que les autres reconnaitront que vous êtes mes disciples, si vous vous aimez ! »
C’est parfois difficile de comprendre que l’amour est si important. La réponse est pourtant simple : Dieu nous a créés par amour. Nous sommes les enfants de Dieu et Dieu est Amour ! C’est pour cela que l’Amour est la base et le but de notre existence
En partageant avec nous cette capacité d’aimer, Dieu a partagé avec nous la part essentiel de son être.
Dieu a doté chacun de nous de la plus grande et plus puissante force au monde, la force d’aimer.
Une chanson disait : » chacun peut aimer, l’amour c’est un doux droit car on aime avec le cœur et chacun le possède. »
Aujourd’hui à Rome, ce matin, Charles de Foucault a été canonisé en même temps que neuf autres bienheureux.
Son drapeau, sa devise au Sahara, c’est « Jesus Caritas »
Qui était vraiment cet homme que l’Eglise vient de canoniser ? Quel est son secret, son message ? A-t-il encore des choses à nous dire ?
A 45 ans, il se retrouve en plein désert d’Algérie ! Il ressemble déjà à un ascète des temps antiques avec sa barbe broussailleuse et sa bure grossière.
Pour seule arme, dans un pays hostile, il dispose d’un chapelet à gros grains, accroché à sa ceinture.
Cet ancien officier de cavalerie de l’armée française s’était forgé une réputation de fêtard, menant une vie dissolue Il s’est révélé un autre homme, courageux, doué d’une énergie sans limites. Devenu un temps explorateur et géographe au Maroc, il est entré chez les trappistes en 1890 à la suite d’une conversion fulgurante. Après sa confession à l’église St Augustin chez le Père Huvelin, il a complètement changé de vie en découvrant que Dieu est amour.
Les derniers mots de Charles, écrits le jour de sa mort, assassiné à l’âge de 58 ans, le 1er Décembre 1916 sont : « on n’aime jamais assez ! »
L’expérience lui a enseigné qu’en matière d’amour, on ne sera jamais à la hauteur du Nazaréen. Mais cette insuffisance n’était pas pour lui un motif de découragement mais un appel à recommencer chaque jour.
L’amour, c’est un pas et encore un pas, un cheminement incessant, une conversion perpétuelle. On ne peut jamais s’installer car on n’a jamais fini d’aimer.
« Dieu, c’est-à-dire l’Amour, est éternellement recherché. »s !
Ces deux exemples d’amour ont la même racine : Aimez vous les uns les autres comme moi, je vous ai aimé !
La condition « Demeurez dans mon amour ! » Voilà le chemin pour chacun de nous !