FÊTE DE LA RÉSURRECTION DU CHRIST

Mgr Stanislas JEZ

17 avr. 2022

"Si le Christ n'est pas ressuscité notre Foi est vaine

DIMANCHE DE PAQUES ©
LA FERTE IMBAULT 2022

Un des meneurs de la Révolution Française Louis Marie La Révellière-Lépeaux (1743-1824), avocat, philosophe a décidé de créer une nouvelle religion républicaine. Il l’a appelée Théophilanthropie ; Elle se basait sur les pensées des philosophes antiques. Il a même emprunté des idées à l’Evangile. Il a pensé qu’il avait ainsi réalisé la religion parfaite.
Mais la nouvelle religion n’a pas fait beaucoup d’adeptes. Il se plaignait à ses copains révolutionnaires que sa religion ne se développait pas comme le Christianisme, dont la persécution n’empêchait pas le développement. Deux de ses collègues, Barras et Talleyrand lui ont alors suggéré : « Fais toi crucifier, reste pendant trois jours dans un tombeau, ensuite ressuscite et tu verras, tu trouveras des adeptes ! »
Je vous salue très cordialement, vous tous qui êtes venus rencontrer le Ressuscité, notre Maître, Seigneur : Notre Rédempteur.
Nous vivons un temps d’action de grâce pour son triomphe après ce combat dur, douloureux, mortel, un triomphe éternel !
C’est un évènement sans précédent, un évènement qui coupe le souffle, un évènement qui a bouleversé l’histoire. C’est pour cela qu’aujourd’hui plus d’un milliard de personnes sur toute la terre, dans toutes les églises du monde, chantent remplis d’allégresse, l’Alléluia pascal.
La résurrection du Christ est un fait historique qui ne peut pas être contesté car elle a de vrais témoins !
« Si le Christ n’est pas ressuscité, notre message est sans objet et notre Foi est dans objet » nous dit St Paul dans sa Première Epitre aux Corinthiens (15,14).
Cet évènement est basé sur les témoignages des apôtres qui n’ont pas seulement vu le tombeau vide, mais également le Christ ressuscité, pendant 40 jours.
« Ce qui était depuis le commencement, ce que nous avons contemplé de nos yeux, ce que nous avons vu, ce que nos mains ont touché, c’est le Verbe, la Parole de la vie.
Oui, la vie s’est manifestée, nous l’avons contemplée et nous portons témoignage » (1 J. -2)
Oui, ils ont touché Jésus, ils ont mangé avec lui.
Jean, qui le premier est entré dans le tombeau, a vu et a cru, car, comme les autres, il s’est rappelé les paroles de Jésus !
Blaise Pascal dira : »Je crois les témoins qui ont donné leur vie pour cette vérité »

C’est vrai que la Résurrection du Christ ne relève pas du domaine de l’observation. Même si cela se passait aujourd’hui on ne pourrait pas la filmer car Jésus n’est pas revenu à la vie comme Lazare. Il a traversé le mur qui nous sépare de l’autre monde. Le monde où l’espace, le temps, la mort n’existent pas.
Les physiciens ont imaginé un antimonde, un monde opposé comme une antithèse.
Les chrétiens eux croitent dans l’existence d’un autre monde, le monde surnaturel.
La résurrection du Christ est une brèche entre le monde présent et le monde futur. Le corps du Christ que les apôtres ont vu, touché, portait l’empreinte caractéristique d’un autre monde.
Il pouvait être invisible, traverser les murs, se déplacer d’un endroit à l’autre, en dehors du temps, mais il avait gardé les marques de la passion. Il n’était plus soumis aux lois de ce monde.
La résurrection du Christ n’est pas seulement un évènement du passé. Dire que Jésus est ressuscité, ce n’est pas seulement reconnaître qu’il est sorti du tombeau, mais qu’il est vivant, aujourd’hui, qu’il est vivant dans le monde actuel.
C’est pour cela qu’en regardant notre vie, il faut la faire passer par le prisme de la vérité de sa résurrection. Et porteurs de cette vérité nous devons transformer le monde et l’annoncer comme Pierre et Jean mais aussi comme Madeleine, Lazare, Marthe, Marie qui sont arrivés en France pour l’annoncer.
Le Pape Jean Paul II a écrit que: »Beaucoup de fois les bâtisseurs de ce monde pour lequel le Christ a donné sa vie, ont essayé d’écraser définitivement son tombeau avec une pierre ».
Et le pape ajoute que tout ce monde qui proclame la mort de Dieu se souvienne que la mort de Dieu peut conduire à la mort de l’homme comme cela se passe aujourd’hui ».
Les méthodes du combat contre le Christ, contre son Eglise sont connues et elles ont déjà commencé sur son tombeau.
« Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en leur disant : » Voilà ce que vous raconterez : ses disciples sont venus voler le corps la nuit pendant que nous dormions » (Mt 28,12-13).s
L’histoire de l’Eglise n’est pas sans péché, car dans l’Eglise il y a des saints mais aussi des pécheurs dans le contexte du combat entre la civilisation de la vie et la civilisation de la mort.
Dans ce combat contre l’Eglise on retrouve la controverse pour l’homme car l’Eglise a toujours défendu la dignité de l’homme. Il est difficile d’avoir pouvoir sur l’homme si l’homme est enraciné en Dieu, quand l’homme regarde la vie par le prisme de la vérité essentielle, la Résurrection du Christ.
Je vous souhaite la liberté des enfants de Dieu. Je vous souhaite la joie pascale.